La terre

Les kergristois

Découverte

Photos

Contact

 

Bienvenue

 

Accueil


La terre

 

Origines

 

Géographie

  Histoire

 

Toponymie NEW


Les kergristois

 

Quels destins !

 

Célébrités

 

Vivre à Kergrist


Découverte

 

Patrimoine

 

Le Kreiz-Breizh

 

Tourisme


Photos

 

Galerie 1

 

Galerie 2

  Galerie 3
  Galerie 4
  Galerie 5
  Galerie 6

 

Galerie 7

  Panoramas 360°

Bulletins d'infos

 

Consulter (PDF)

Nombre de
visiteurs à ce jour

Content copyright protected by Copyscape website plagiarism search

 

 

 

 

LES NOMS DE LIEUX DE...

KERGRIST-MOËLOU

Toutes les informations et textes qui suivent sont extraits de l'étude commandée par la municipalité de Kergrist-Moëlou à l'Office de la Langue Bretonne (www.ofis-bzh.org) en 2009.

Nos remerciements s'adressent à toutes les personnes qui nous ont pemis de mener à bien cette étude et, notamment, Yvette ANDRE, Mr et Mme Albert LE MOAL, Maryvonne CORBEL, Guillaunme LUCAS, Maria BERNARD, Laurent LE CORRE, Conseiller municipal, Rolande LEROUX, Secrétaire de Mairie que nous remercions pour son accueil chaleureux et pour nous avoir facilité la consultation des archives municipales, Divi KERVELLA, expert, et Michel SIMON, instituteur bilingue à Rostrenen.

Avant-propos :

L'orthographe : Cette étude sur les noms de lieux de Kergrist-Moëlou a été réalisée à la demande de la municipalité qui désirait procéder au renouvellement des panneaux indiquant les villages de la commune. Elle prend en compte les recommandations du groupe d'experts des Nations Unies sur les noms géographiques (GENUNG) pour la normalisation de l'écriture des noms de lieux et notamment les deux principales : une forme unique pour chaque nom et le respect de la langue de création du toponyme transcrit selon l'orthographe de cette langue.

En Bretagne, l'Office de la Langue Bretonne, organisme officiel créé par le Conseil Régional de Bretagne avec le soutien du Ministère de la Culture, est chargé de ce travail de fourmis (recensement des noms, recherches, établissement des formes correctes...). En effet, le Service Patrimoine Linguistique de l'Office de la Langue Bretonne travaille à la conservation et à la mise en valeur, par sa normalisation, du patrimoine toponymique breton, trop souvent déformé par francisation ou ignorance des règles élémentaires de l'orthographe du breton.

L'objectif de la démarche de normalisation est d'attribuer à chaque toponyme une forme et une seule. Bien souvent, en effet, en consultant les listes publiées par l'Insee, les cartes IGN, l'annuaire téléphonique, ainsi que les différents panneaux qui jalonnent les routes, on s'aperçoit très rapidement de la multiplicité de formes attribuées à un même nom de lieu. Par exemple, nous avons retrouvé pour le village de " Ar Menez " les formes Ar Ménez, Menez la Salle , Le Minez et Minez-Tabot. On imagine aisément les difficultés que peuvent rencontrer les personnes extérieures à la commune pour s'orienter.

En l'état actuel de la toponymie bretonne, il n'est pas possible de donner une orthographe correcte à chaque toponyme sans procéder, au préalable, à une étude scientifique rigoureuse. C'est ce à quoi nous nous sommes attachés. Nous avons tout d'abord procédé au collectage systématique des formes orales des noms de lieux utilisées par les brittophones traditionnels de la commune (personnes nées ou ayant toujours vécues sur le territoire de la commune). Nous avons ainsi rencontré six informateurs, le tout constituant près de deux heures d'enregistrement. Dans un second temps les formes parlées ont été confrontées aux formes écrites relevées dans les archives communales et départementales (la forme la plus ancienne retrouvée datant du XVème siècle) afin de mieux saisir le sens, l'origine du toponyme.

Une partie de ce travail sur les archives a été le fait de Michel SIMON, instituteur bilingue à Rostrenen, dont la collaboration nous à été très précieuse. Après étude par les techniciens du Service Patrimoine de l'Office, et validation de Monsieur Divi KERVELLA, expert en toponymie mandaté auprès de l'Office de la Langue Bretonne, chaque nom de lieu a pu être correctement orthographié

Le sens : En sus d'une orthographe moderne unique plus respectueuse du patrimoine toponymique nous avons mentionné dans ce livret le sens de chaque toponyme. La toponymie n'étant pas une science exacte il faut se garder, qui que l'on soit, de prétendre tout expliquer. Néanmoins nous nous sommes attachés à donner les éléments d'explications qui nous semblaient les plus probables vu l'état des connaissances actuelles sur la toponymie et l'histoire de la Bretagne.

Listes des personnes enregistrées ou interrogées lors de l'enquête orale : ANDRE Yvette (Kerfloc'h an Drev), M. et Mme LE MOAL Albert (Le Bourg), CORBEL Maryvonne (Ar Sal), LUCAS Guillaume et BERNARD Maria (Le Bourg).

Utilisation du livret : Les toponymes (ou noms de villages) ont été classés par ordre alphabétique afin de faciliter les recherches. [...] Juste au dessous figurent les graphies anciennes recueillies soit dans les registres d'état civil de la commune, soit aux archives départementales à Saint-Brieuc, soit encore sur le Cadastre napoléonien de Kergist-Moëlou (1815) et sur les cadastres et plans de remembrement du XXème siècle. Plus bas, à la suite des formes anciennes, figurent [...] toutes les variantes attestées de chaque toponyme (si différentes de la forme correcte) que ce soit sur les cartes routières, les panneaux indiquant les villages ou encore l'annuaire téléphonique. Enfin, quand cela est possible, nous donnons des éléments de réponse permettant de mieux saisir le sens de chaque nom de lieu.

Quelques règles pour comprendre la prononciation du breton : Les lettres en breton se prononcent comme en français à quelques exceptions que voici:

-"e" se prononce toujours "é" et n'est jamais muet (sinon on écrit "eu").

-"g" est toujours dur même devant "e" ou "i", ainsi " Lann Ginioù " se prononce " gui ".

-"c'h" représente un son qu'on ne trouve pas en français et correspond au "ch" allemand, prononcé comme un "h" très aspiré ou au "j" de l'espagnol.

-"gw" se prononce "gou". Exemple : " gwazh " se prononce " gouazh ".

-"ilh" se prononce comme 'ill' dans " baille ". Exemple : " Kerwilhou ".

"an" est un 'a' nasalisé long. Exemple : Ti Gouan. On entend le "n" quand on prononce le mot tout en gardant le son "an" comme dans " mange ".

-"ann" est un "a" nasalisé bref. Exemple : Lann Ginioù. Même explication que ci-dessus.

Les noms de lieux sont classés par ordre alphabétique en breton.

A | B | I G | K | L | M | P I R | S | T

An Ankelenn :

Formes anciennes attestées : Loquelen (Cassini 1788)

Variantes orthographiques recensées actuellement : An Anquélen

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme se compose de deux éléments. Le premier " Ank " à le sens de vallon, vallée étroite, Le second est plus problématique. Il peut soit représenter le nom breton du houx, " kelenn", soit "gellenn ", forme évoluée d'un ancien " geun + Ienn" (marais + lac) que justifie la topographie du lieu. Cependant dans ce cas on attendrait une voyelle médiane courte ce qui n'est pas le cas dans les prononciations recueillies.

An Dore :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ruisseau Doré.

Autres informations sur le sens du toponyme : II s'agit là du nom du ruisseau qui sépare les communes de Kergrist et de Rostrenen. Le nom n'est pas clair mais il semble bien qu'il soit formé sur l'élément " dour ", eau.

An Inez :

Formes anciennes attestées : Village de Lisle (1670, 1672), Lille (1675), L'Isle (Cassini 1788).

Variantes orthographiques recensées actuellement : L'Isle.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Enez " (île, prairie humide ou endroit isolé), peut décrire un lieu isolé ou non loin d'un ou plusieurs ruisseaux Le nom " Inez " représente une variante très commune de " Enez ", île. A l'instar des " Kenkiz " (Plessis) ou " Kernevez " (Villeneuve), ce nom a souvent été traduit très tôt à l'écrit par les scribes. La présence d'une chapelle " Itron-Varia an Enez en ce lieu explique sans doute aussi cette traduction.

An Inezoù :

Formes anciennes attestées : Mestairie des Isles (1668), Manoir des Isles (1669, 1671, 1782), Les Isles (1670), Metairie des Isles (1783), Les Isles (Cassini 1788), Les Illes (1790), Les Iles (1790), Les Isles (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Les Isles.

Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit là de la forme plurielle, indiquée par le suffixe où du toponyme précédent.

An Naoudig :

Formes anciennes attestées : Naoudic (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Naoudic.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce nom de village est difficile à appréhender. Le premier élément représente sans doute le nom " naou " qui désigne un lieu pentu, ce que corrobore la topographie. La présence d'un " d " dans ce nom pourrait être la trace d'un deuxième élément aujourd'hui altéré et difficilement reconnaissable sans formes anciennes avérées. Le " -ig " final est sans doute alors le diminutif breton bien connu. A moins qu'il ne cache en réalité un " -eg " marquant les lieux où abonde telle ou telle variété de plante. La signification du nom serait alors toute autre. Mais s'il s'agit d'une plante, quelle est-elle ?

An Orguelloù :

Formes anciennes attestées : Loguello (1594, 1669, 1670, 1671, 1672), Loguellou (1679), Loguelou (Cassini 1788).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Noguellou, Noguelou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Aogell " (rouissoir, et, par extension, petite parcelle humide). La forme plurielle est marquée ici par le suffixe " où ".

Ar C'harzh Suilhet :

Formes anciennes attestées : Guarsulle (1594), Garzsulliet (1669, 1675), Garzsulliest (1675), Garsulé (1780), Garsuillet (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Garz Uhel, Garzuel.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le premier élément de ce toponyme " Garzh" (haie d'arbres, par extension talus boisé) est relativement fréquent en toponymie bretonne. On le trouve ici sous sa forme lénifiée après l'article " Ar ". Le second élément qui, au regard des variantes orthographiques récentes, semblait être le mot " Uhel " (haut) est, en réalité, " Suilhet " (brûlé) ce que confirment la prononciation et les formes écrites anciennes.

Ar C'holven :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Golven, Le Golven.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme n'est pas attesté très anciennement sur la commune mais est assez courant ailleurs. Il est composé de deux éléments . Le second élément " ven " de sens clair est la forme lénifiée de " maen " (pierre). Le premier élément " Gol " est de sens plus incertain. Il provient sans doute du nom " Golc'h " signifiant laver. Il s'agirait donc d'un lavoir ce que sa localisation près d'un ruisseau tendrait à confirmer. Ce deuxième élément pourrait également provenir du nom " Koll " variante de " Kelvez " (noisetiers, coudriers) ou bien aussi de " Koll " qui expliquerait qu'en ce lieu un petit ruisseau va se perdre sous la terre, ou plutôt sous la roche, sous la pierre dans ce cas précis.

Ar C'hozhti :

Formes anciennes attestées : Coz Ty (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Coz Ty, Costy.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le qualificatif " Kozh " (vieux, ancien) précède " Ti " (maison) qui indique ici. Le lieu habité seul, sans les dépendances, champs ou prés contiguës.

Ar C'hroasti :

Formes anciennes attestées : Croisty (1670), Village du Croisty (1671, 1672, 1752), Croisty, Croasty (1750-1760), Le Croisty (Cassini 1788), Croisti (1787, 1789), Le Croisty (181 5 Cadastre Napoléonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce lieu est détermine par " Sal" qui procède du francique " sal " (habitation, demeure). Ce terme s'applique en toponymie bretonne a une demeure noble. Il a donné naissance à d'autres toponymes dépendant de lui à Kergrist comme Koad ar Sal et Milin al Sal.

Ar Sivier :

Formes anciennes attestées : La Siviere (1650, 1670), La Sivière (181 5 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : La Sivière , La Civière.

Autres informations sur le sens du toponyme : L'origine de ce toponyme reste vraiment mystérieuse. Des formes plus anciennes permettraient d'appréhender plus facilement le sens du nom.

Ar Vergus :

Formes anciennes attestées : Verguz (1666, 1668, 1669,1670, 1675), Vergus (1671), Verguse (1675, 1769), Verguz (Cassini 1788), Vergus (1748, 1786, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Verguz, Vergus.

Autres informations sur le sens du toponyme : Cf. " Ar Verguz Vihan ".

Ar Verguz Vihan :

Formes anciennes attestées : Vergus Bihan (1949).

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce toponyme ancien n'est pas très clair. Le premier élément pourrait être " Gwern " (marais) et le second " Kuzh " (caché, dissimulé), identique gallois " cudd " de même sens. Ce nom est bien attesté à la Chapelle-Neuve (22) sous la forme Gwern ar C'huz. Le qualificatif " bihan " (petit) sert à différencier ce village du précédent.

Ar Vilin Nevez :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moulin Neuf.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Milin " (moulin) et de " Nevez " (nouveau). Comme son nom l'indique il est de création récente.

Ar Vuch :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ar Vuch, Le Vuche, Le Vueh.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce toponyme n'est pas clair.

Ar Waremm :

Formes anciennes attestées : La Garenne (1594, 1668) ), La Garaine (1669, 1672), La Garreine (1670), La Gareine (1672), La Garraine (1673), La Garenne (Cassini 1788), Le Goarem (1815 Cadastre Napoléonien), La Garenne Blanche (1949), La Garenne, La Garenne Blanche (1968 Plan du remembrement).

Variantes orthographiques recensées actuellement : La Garenne Blanche, La Garenne.

Autres inforrmations sur le sens du toponyme : " Gwaremm " (garenne) indique un terrain pierreux (à flanc de coteau) ou encore un champ que l'on ne travaillait qu'une fois le temps mais aussi une zone couverte de landes. La mention " blanche " attestée par écrit n'est pas employée par les habitants de la commune et est très récente.

Ar Wazhwenn :

Formes anciennes attestées : Goazguen (1670), Goazven, Goezven, Goëzven, Goezguen, Goasven, Goazven (1750-1760), Le Goazven (Cassini 1788), Gouasguen (1790), Le Goasvoen (1815 Cadastre Napoléonien), Goasvoèn (1986).

Variantes orthographiques recensées actuellement. : Goasven, Goasven.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Gwenn " dont le sens ancien " pur, sans tâche ou sacré, béni " qualifie ici " Gwazh " (ruisseau). A noter que l'élément " Gwenn " peut tout simplement signifier " Clair " pour " Eau Claire " dans le cas présent par opposition à " Dour Du " (Eau Noire, sombre).

Baroder :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Baroder.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce toponyme qui n'est attesté que très récemment reste mystérieux. Le premier élément pourrait être " barr- " au sens de " surface de terre " (il y a environ trois " barr " dans un demi hectare) ou encore " sommet " mais la topographie du lieu laisse à penser qu'il s'agit ici plutôt du premier sens.

Baroder Vihan :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Baroder Bihan , Baroder Vian.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons le toponyme précédent suivi de " Bihan " (petit).

Bel Air :

Formes anciennes attestées : Belair (Cassini 1788), Belair (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Bel-Air

. Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit là d'un toponyme de langue française de création assez ancienne, dont le sens paraît relativement clair.

Bilioù :

Formes anciennes attestées : BilIiou (1670, 1750-1760), Biliou (1750-1760), Biniou (1750-1760).

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous n'avons pas pu localiser ce nom de lieu aujourd'hui disparu. Les habitants de Kergrist que nous avons rencontré en ont aujourd'hui perdu le souvenir.

Bodoù Drein :

Formes anciennes attestées : Betaudrin (Cassini 1788), Bodou Drein (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Bodou Dreïn, Bodou Dreign.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom est compose du pluriel de " Bod " (buisson, touffe) et de " Drein " (épines).

Boval :

Formes anciennes attestées : Boval (Cassini 1788), Boval (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Boval.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce nom reste obscur. Le premier élément " Bo- " est sans doute une forme altérée de " bod " (au sens de buisson mais aussi demeure, résidence).

Garzh an Ogell :

Formes anciennes attestées : Garzanoguel (1669, 1670, 1672, 1680), Garzenoguel (1669), Garzuillet (1669), Garzernoyel (Cassini 1788), Garsuiuet ( 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Garz an Oguel, Garzenoquel.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici les termes " Garzh " (haie d'arbres, et, par extension, " talus boisé ") et " Aogell " (rouissoir et, par extension, petite parcelle humide).

Gwazh Belle Chasse / Dour Milin Gwernaloù :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ruisseau de Belle Chasse.

Autres informations sur le sens du toponyme : On trouve un ruisseau portant le même nom sur la commune de Saint-Agathon près de Guingamp. Celui dont il est question ici sépare les communes de Trémargat et de Kergrist-Moëlou. La forme française " Belle-Chasse " a sans doute remplacé un nom breton plus ancien dont les brittophones de Kergrist n'ont plus le souvenir. De nombreux noms de cours d'eau ont ainsi été francisés. Ce ruisseau porte tout de même un autre nom : " Dour Milin Gwernaloù ". Littéralement "L'eau du Moulin de Gwernaloù " du nom du village se trouvant sur la commune de Trémargat près duquel il coule.

Gwentizoù :

Formes anciennes attestées : Au lieu du Guentuzo les le bourg (1669), Lieu noble du Guentuzo lez le bourg de Quergrist (1670), Lieu noble de Guentizo (1671) , Guintisou près le bourg (1677), Le Guenlizou, Le Guentizou (1815 Cadastre Napoléonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : On ne trouve plus trace de ce nom de lieu sur les cartes actuelles. Il s'agissait d'un village ou plutôt d'un quartier de Kergrist situé au Nord-Est du Bourg, non loin du village actuel des "Quatre Vents ". Les habitants de Kergrist que nous avons rencontrés en ont aujourd'hui perdu le souvenir.

Kenkiz Leuroù :

Formes anciennes attestées : Guenguislurou (1594), Dame du Plesseix Luro (1665, 1666), Quinquizluro (1668, 1670), Quinquisleuro (1669), Quinqulorou (1672), Quinquislouro (1675), Plessis Leurou (1729), Quinquis Leurou (1782), Quinquisleurou (Cassini 1788), Quenquis Liro (1780), Quinquis Leurou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Quinquis Leurou, Quinquis Leroux, Quinquis Lerou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici le terme " Kenkiz " (Plessis), qui nommait à l'origine une maison entourée d'une haie de branches entrelacées. Le second élément " Leuroù " est le pluriel de " Leur " (aire, sol).

Keranglaz :

Formes anciennes attestées : K/ar glas (1670), Keranglas (1750-1760), Kerenglas (1750-1760), K/anglas (1750-1760), Keranglas (Cassini 1788, 1789), Keranglas (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Keranglaz, Keranglas.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le toponyme se compose de " kêr " (village, lieu habité) et de " an Glaz ", nom de famille. Dans la prononciation moderne, l'article " an " moyen-breton a disparu ou ne subsiste que sous la forme altérée " a ".

Keravel :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Keravel, Ker Avel.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Kêr " (village, lieu habité) et de " Avel " (vent). Il indique un endroit venteux.

Kerbanel an Argoad :

Formes anciennes attestées : Querbanel (1669), Kerbanel (1670, 1780), Kerbanel (Cassini 1788), Kerbanel , Kerjavel, Kerbenal (1824), Kerbanel (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerbanel, Kerbanel an Argoat.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le premier terme " Kêr " (village, lieu habité) est associé à un probable " Panel " au sens qui nous échappe et dont le " p " mute en " b " après le mot " Kêr " de genre féminin. Il n'est pas exclu que le terme " Pann " de " Koad ar Pann " soit de même origine. Le terme " An Argoad ", que l'on note associé à plusieurs noms de villages de Kergrist, qualifie les lieux-dits situés dans la zone boisée au nord de la commune et plus précisément au nord du bourg. D'ailleurs, en breton, les personnes habitant cette zone sont nommés " Tud an Argoad " (les gens de l'Argoad).

Kerberri :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerberri , Kerberry, Ker Béry

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) + " p/Berri " (nom de personne probablement).

Kerbiked :

Formes anciennes attestées : Querbiguet (1666, 1669, 1670), Kerbiguet (1594, 1666, 1668, 1669, 1670, 1752), Querbicquet (1671, 1672, 1673), Kerbiquet (1675), Kerbiquet (1680, Cassini 1788), Lande Kerbiguet (1789), Kerbicquet (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerbiquet, Kerbicquet.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " est ici associé à " Piked " pluriel de " Pik " (pic).

Kerbriou :

Formes anciennes attestées : Kerbriou (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerbrioll, Kerbruillou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Kêr " (village, lieu habité) et du diminutif de " Bri " (importance, poids, autorité).

Kerdistro :

Formes anciennes attestées : Kerdistro (1926).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Aucune.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Distro " au sens de " retour, détour " est associé ici à " Kêr " (village, lieu habité). Il désigne ici un village isolé.

Kerdourc'h :

Formes anciennes attestées : Kerdourch (1633, 1669), Querdourch (1670), Kerdourc'h, Kerdourch, Kerdouc'h, Kerdourch 1750-1760, 1789), Kerdourch (Cassini 1788), Kerdourch (1815 Cadastre Napoléonien), Kerdourc'h (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerdourc'h, Kerdouc'h, Kerdourc.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) pourrait entrer en composition ici avec " Tourc'h " (verrat).

Kerfeunteun :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Aucune.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (Village, lieu habité) + " Feunteun " (fontaine).

Kerfloc'h an Dour :

Formes anciennes attestées : Kerfloch (1594), Keranfloch an Dour (1665, 1669, 1671, 1672), Keranfloch (1666), Kerfloch an Dour (1669, 1670, 1675), Kerfloch du bourg dudit Moellou (1677), Kerfloc'h (1750-1760), Kerfloch (Cassini 1788), Kerfloc'h an Dour (1793), Kerfloc'h an Dour (1815 Cadastre Napoléonien) ), Kerfloc'h an Dour (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerfloc'h an Dour, Kerfloc'h, Kerfloch an Dour.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) est associé au nom de famille " Floc'h " (jeune homme, page). La mention " an Dour " permet de distinguer ce lieu de " Kerfloc'h an Drev " située au sud de la commune.

Kerfloc'h an Drev :

Formes anciennes attestées : Sieur de Kerfloch an Dref (1673), Kerfloch (Cassini 1788), Kerfloch la Treve (1790), Kerfloc'h Rostrenen (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerfloc'h Rostrenen, Kerfloc'h an Dreff, Kerfloc'h.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) est associé au nom de famille " Floc'h " (jeune homme, page) " an Drev " peut désigner une exploitation agricole, un village, ule résidence ou encore une subdivision d'une paroisse ou d'une trêve. A noter que ce village est également nommé " Kerfloc'h Rostrenenn " par les brittophones de la commune en raison de sa proximité avec la commune voisine et par opposition à " Kerfloc'h an Dour ".

Kerfrezour :

Formes anciennes attestées : Kerfrezour (1668, 1669, 1670), Querfresour (1671), Querfrezour (1672), Kerfressour (1677), Kerfresou (1783), Kerfrezour (Cassini 1788), Kervrezour (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kervrézour, Kerfrezour, Kervrezou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom est décomposable en "Kêr " (village, lieu habité) et " Frezour " dont l'origine est inconnue (peut être un patronyme).

Kergelezenn :

Formes anciennes attestées : Querguerezen (1667), Sieur de Querguerezen (1669) ), Quergueresen (1670), Kerguerezen (Cassini 1788), Kerguelezen (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerguélézen, Kerguelezen.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici l'association de deux éléments, le mot " Kêr " (village, lieu habité) et le singulatif " Kerezenn " du mot " Kerez " (cerisier) indiquant ici une ceriseraie.

Kergifioù Vihan :

Formes anciennes attestées : Dame de Kergueffiou (1652), Kerguiffiou (1654), Kerguiffiou an Bot (1668), Querguiffio an Bot (1668), Querguiffion an Bot (1670, 1671, 1672), Querguiffio Bihan (1672), Querguiffiou an Bot (1673), Kerguivio (Cassini 1788), Kerguiffiou (1790), Kerguiffiou an Bot (1679, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerguiffiou Vihan, Kerguiffiou Vian, Kerguiffiou Bian, Kergguiffiou Bihan.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le nom de ce village a varié au cours des siècles. Anciennement " Kerguifiou an Bot ", il s'agit aujourd'hui du village de " Kergifioù Vihan ". Ce changement d'appellation s'opère vers la fin du XVIIe siècle. " Kergifioù " est composé de " Kêr " (village, lieu habité) et de " Kifioù " pluriel de " Kef " (tronc). Le " Bod " du premier nom signifie soit " buisson ", soit " demeure, lieu habité ". Le " Vihan " (petit) actuel sert à le différencier du " Kergifioù Vras " situé plus au nord.

Kergifioù Vras :

Formes anciennes attestées : Kerguiffiou, Kerguiffio (1666, 1669, 1670), Querguiffio Uhellanff; Querguiffiou Huellanff (1669), Kerguiffio UheIlanf (1669, 1670), Quergueffio Uhelan (1670), Querguiffio Uhellanff (1671), Querguiffio Uhellanff (1672), Kerguiffio Bras (1668), Kerguiffiou Yhellanf (1669), Kerguiffiou Bras (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerguiffiou Vraz, Kerguiffiou Vraz, Kerguiffiou Vras, Kerguiffiou Bras, Kerguiffiou Braz.

Autres informations sur le sens du toponyme : A l'instar du précédent ce village a porté deux noms. Son ancienne appellation était " Kerguiffiou Uhellanff ", ce dernier mot signifiant " Le plus haut ". Aujourd'hui il est nommé " Vras " (grand). Ce changement semble s'opérer également vers la fin du XVIIe siècle.

Kergreiz :

Formes anciennes attestées : Kergraise (1673), Kergreis (1750-1760), Kergreis (Cassini 1788), Kergreiz (1793), Kergreis (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kergreïz, Kergreis, Kergreise.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kreiz " (central, médian) est associé ici à " Kêr " (village, lieu habité).

Kergrenn :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kergren, Kergrenne.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Krenn " (moyen, médian, rond). En toponymie ce qualificatif désigne souvent des maisons situées les unes à côté des autres en cercle. Il est associé ici à " Kêr " (village, lieu habité).

Kerherri :

Formes anciennes attestées : Kerhenry (1669, 1677, 1752, 1815 Cadastre Napoléonien), Kerhanry (Cassini 1788), Kerhenri (1911).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerhenry.

Autres informations sur le sens du toponyme : On retrouve ici en composition avec " Kêr " (village, lieu habité ", le prénom " Herri " forme bretonne du prénom " Henri " dont les transcriptions qui sont des semi-traductions.

Kerjoli :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Keljoly.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme n'es pas attesté anciennement. II se compose de " Kêr " (village, lieu habité) et de " Joli " emprunt breton au français bien attesté en toponymie (cf. les nombreux " Troñjoli ".

Kerlenn :

Formes anciennes attestées : Kerlen (1670, Cassini 1788 , 1790, 1815 Cadastre Napoléonien, 1949), Etang de Kerlen (1815 Cadastre Napoléonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce village qui figure encore sur le cadastre de 1949 a aujourd'hui disparu. Il se trouvait sur la route de Rostrenen après le bourg juste avant le croissant nommé " Kroashent Douin ". " Kêr " est associé ici à " Lenn " (Lac, étang). On retrouve d'ailleurs un étang il proximité de cet ancien lieu-dit.

Kerlog :

Formes anciennes attestées : Kerloc (1654, 1669, 1670), Kerloc (Cassini 1788), Kerloc (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerloc, Kerloc'h.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) + " Log " au sens de " cellule monastique, lieu saint ".

Kerlopin :

Formes anciennes attestées : Kerlopin (1815 Cadastre napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerlopin.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " est associé ici à " lopin" de sens obscur. Les formes anciennes font défaut.

Kermarcel Yves :

Formes anciennes attestées : Kermarcel-Yves (1968 plan du remembrement).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermarcel-Yves, Ker Marcel Yves, Kermarcel Yves

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme de création très récente est un nom hybride franco-breton. Beaucoup de gens qui ne maîtrisent pas le breton pensent que " Kêr " signifie " maison " et songe à tord qu'il est de coutume d'y accoler le nom du propriétaire En fait, " Ker " est rarement suivi d'un nom d'homme.

Kermarc'heg :

Formes anciennes attestées : Kermarec (1665, 1668, 1669, 1670, 1675), Quermarec (1669, 1670, 1672), Quermarech (1672), Kermarrec (1675, 1677), Kemarec (Cassini 1788), Kerrnarech (1815 Cadastre Napoléonien), Kermarec'h (1949), Kermarec'h (1968 plan du remembrement).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermarec, Kermarec'h.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons le premier élément " Kêr " (village, lieu habité) préfixant " Marc'heg " (chevalier).

Ker Moeloù :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kef Moëlou, Kermoelou, Kermoëlou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici les termes " Kêr " (village, lieu habité) et " Moeloù " ancien nom de la commune. Pour le sens de" Moeloù " voir " Koad Moeloù ".

Kernevez al Lann :

Formes anciennes attestées : La Ville Neuffve la Lande (1668), La Ville Neuffve an Lan (1669), La Villeneuff la Lande (1672), La Villeneuff an Lan (1672), La Ville Neuff an Lan (1675), Villeneuve - Ville Neuve - Ville Neuve La Lande (1750-1760), Villeneuve la Lande (Cassini 1788), Kernevez an Lan (1789), Kernevez Lan (1815 Cadastre Napoléonien), Kernevez Lan (1901), Guernevez Land (1921).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kernévez-Lann, Guerneveland, Kernevez Land, Guernevez Land.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici " Kernevez " qui se décompose en " Kêr " (village, lieu habité) et " nevez " (nouveau). Le second terme " al Lann" (lande) permet de distinguer ce nom de lieu de " Kernevez an Argoad " (cf. ce toponyme).

Kernevez an Argoad :

Formes anciennes attestées : La Villeneuve (Cassini 1788), Kernevez an Argoat (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kernévez-an-Argoat, La Villeneuve, Kernevez.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici " Kernevez " qui se décompose en " Kêr " (village, lieu habité) et " nevez " (nouveau). Le second terme " an Argoad " qui s'oppose généralement à " an Arvor " indique un lieu à proximité d'un bois ou à l'intérieur des terres. Dans la commune, ce nom désigne le territoire et les habitants du nord de la commune. La présence d' " an Argoad " permet de distinguer ce nom de lieu de son homonyme " Kernevez al Lann " (cf. ce toponyme).

Kernonn :

Formes anciennes attestées : Kernon (1666, 1668, 1669, 1675, 1676), Quernon (1670, 1671, 1672, 1673), Kemon (Cassini 1788), Kernon an Argoat (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kernon, Kernon an Argoat.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Kêr " (village, lieu habité) et de " Onn " au sens de " frêne".

Kerrodou :

Formes anciennes attestées : Kerrodou (1665, 1675, 1680) ), Kerrodo (1668, 1669; 1670, 1671), Querrodo ( 1672), Kerrodou (Cassini 1788), Kerodou (1790), Keraudou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerodou, Keraudoul.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) est associé à " Roudouz " (gué), noté ici " Rodou " forme locale du nom.

Kerroz :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ker Rose, Kerose.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme peut provenir de la composition de " Kêr " (village, Iieu habité) et de " Raz" dans deux sens différents, soit " Roz " (côteau), soit le nom propre féminin " Roz ". L'absence de formes anciennes attestées et la variante orthographique inhabituelle " Ker Rose " en deux mots font plutôt penser à cette dernière hypothèse.

Kerskaven :

Formes anciennes attestées : Kerscaven (1669, 1670, 1673, 1679, Cassini 1788, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement. : Kerscaven.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le toponyme est composé de " Kêr " (village, lieu habité) et de " Skavenn " singulatif de " Skav " (sureau).

Kerstefan :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerstéphan, Kerstephan , Ker Stéphan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) est associé au nom de famille " Stefan ".

Kervabalan :

Formes ancIennes attestées : Quermapallain (1670, 1671, 1673, 1677).

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce village mentionné régulièrement dans les archives du XVIIe siècle a aujourd'hui disparu. D'après la carte de Cassini de Thury, il se serait trouvé près du village d' " an Inez" à la limite des communes de Kergrist et Mael-Carhaix. Les habitants de Kergrist que nous avons rencontré en ont aujourd'hui perdu le souvenir. " Kêr " est associé ici à " mab " (fils) et le prénom " Alan " francisé.

Kervablouz :

Formes anciennes attestées : Kermablos (1668), Kermabloz (1669), Quermaplouz (1671), Quermapblos (1672), Querrnablouz (1672), Kerbapbloz (1 677), Kermapblouz (1680), Kerbloz (Cassini 1788), Kermabloze (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermablouz, Kermablouze, Kermablouzé.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) semble être associé à un nom composé de " mab " (fils) et d'un autre terme dont le sens nous échappe à moins d'y voir le mot " lous ". Cependant les formes anciennes ne semblent pas nous diriger vers cette voie.

Kervaveven Vras :

Formes anciennes attestées : Kermapeven (1668, 1670, 1675), Kermabeven (1815 Cadastre Napoléonien), Kermabéven (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermabéven, Kermabeven.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Keraveven " est composé des trois éléments " Kêr " (village, lieu habité), " Mab " (fils) et du prénom " Even ".

Kervaveven Vihan :

Formes anciennes attestées : Kermebeven-Bihan (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermabéven Bihan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kervaveven" est composé des trois éléments " Kêr " (village, lieu habité), " Mab " (fils) et du prénom " Even ". Le qualificatif " Bihan " (petit) permet de le distinguer de " Kervaveven Vras ".

Kerveleg :

Formes anciennes attestées : Kerbellec (1861, 1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerbellec.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) entre ici en composition avec " Beleg " (prêtre). Son sens est différent du " Kerveleg " situé plus au nord (nom de famille " Meleg " comme second élément probablement) même s'il se prononce de la même façon en raison de la mutation du " b " de " beleg " en " v " après " kêr " nom féminin.

Kerveleg :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kervellec, Kerrnellec.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu relativement récent (moins de 200 ans) se prononce " Kerveleg " en breton, comme l'autre village du même nom situé à l'extrême sud de la commune, en raison de la mutation du " m" en " v " après " Kêr " (village, lieu habité) mot féminin, Ce " melleg " doit être un nom de famille.

Kervenal :

Formes anciennes attestées : Querbanazlen (1669, 1670), Querbanalen (1671), Querbanallen (16 72, 1673), Kerbanalen (1680), Kervenal (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kervenal, Kervénal.

Autres informations sur le sens du toponyme : A " Kêr " (village, lieu habité) est associée la forme locale du mot " banal " (genêt) que l'on retrouve clairement dans les formes anciennes.

Kerver :

Formes anciennes attestées : Querver (1670), Kever - Kervers (1750-1760), Kerberre (1755), Kerver (Cassini 1788), Kerver (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kerver, Kervert.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) peut être du nom de famille " ar Berr " mais représente plutôt ici le mot " Ber " du verbe " Beran " (s'égoutter, couler) avec le sens d'endroit où l'eau coule, s'égoutte par exemple.

Kervezegan :

Formes anciennes attestées : Kerbivegan (1668), Querbidigan (1669), Querbidegan (1671), Querbedegan (1673), Kervezegan (Cassini 1788), Kervézégan (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kervézégan, Kervezegan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " est associé ici à " Bezegan ", peut être un patronyme. Contrairement aux apparences, les formes modernes évoluées ne contredisent pas les formes anciennes. Le " v " représentant la forme mutée du " b " et le " z " celle du " d ".

Kervorou :

Formes anciennes attestées : Kermoro (1594, 1653, 1663, 1666, 1669, 1670), Quermoro (1666, 1671, 1672), Kermoreu (Cassini 1788), Kermorou (1652, 1654, 1675, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kemorou, Kermoroux.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Kêr " (village, lieu habite) et du nom de famille " Morou " attesté dès 1480.

Kervorvan :

Formes anciennes attestées : Kermorvan (1669, 1670, 1676, 1677, 1752), Quermorvan (1671, 1672, 1673), Kermorvan (Cassini 1788), Kermorvan (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kermorvan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " (village, lieu habité) est le premier élément de ce nom de lieu composé avec le prénom " Morvan ", attesté dès 1031.

Kervoulouzen :

Formes anciennes attestées : Kerbrolouson (1594), Querbouloussen (1667, 1669, 1670), Kerbouloussen (1668), Kermoulouten (1780), Kerbouloussen (Cassini 1788), Kervoulouzen (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Aucune.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kêr " + nom de famille " Boulouzen ".

Kervran :

Formes anciennes attestées : Kerbran (1665,1669, 1675, 1677, 1680), Kerbran (Cassini 1788, 1789), Kervran (1679, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Aucune.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Kêr " et de " Bran " (corbeau) sous sa forme lénifiée (mutation de " b " de " bran " en " v " après " kêr" mot féminin).

Kerwilhou :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Kervillou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici en composition avec " Kêr " (village, lieu habité), le nom lénifié " Gwilholl " (mutation de " Gw" de " Gwilhoù " en " v " après " kêr " mot féminin). Ce toponyme n'est pas attesté anciennement.

Koad an Inezoù :

Formes anciennes attestées : Bois des Isles (1815 Cadastre Napoléonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce " Koad " (bois) est situé au nord du village d' " An Inezoù " (pour le sens, voir ce toponyme).

Koad ar Barzh :

Formes anciennes attestées : Coatanbarz (1670), Coatambars (1670, 1750), Coatambars - Coatembars, Coëtembars, Coëtenbars (1750-1760), Chetambars (Cassini 1788), Coetambars (1790), Coat an Bars (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Coat an Harz, Coal an Bars, Coatembars, Koad ar Barz.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Koad " (bois, forêt) précède le patronyme " ar Barzh " (menestrier ou poète).

Koad ar C'hotoneg :

Formes anciennes attestées : Coat Hotennec (1815 Cadastre Napoléonien).

Autres inforrmations sur le sens du toponyme : Il pourrait s'agir du " Koad " (bois, forêt) du dénommé " Kotoneg ". Selon les informations reçues par les habitants de Kergrist ce bois se situerait entre Ies villages d' " An Inezoù " et d' " Ar C'hoad ".

Koad ar Pann :

Formes anciennes attestées : Coat a Pan (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Coat ar Pan.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le premier élément " Koad " (bois) très fréquent en toponymie précède le terme " Pann " dont le sens reste mystérieux et dont l'origine pourrait être similaire à celle de " Panel " que l'on retrouve dans le nom de lieu " Kerbanel ".

Koad ar Sal :

Formes anciennes attestées : Bois la Salle (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Bois de la Salle.

Autres informations sur le sens du toponyme : II s'agit là du " Koad " (bois) situé près du village " Ar Sal " (cf. ce nom).

Koad Belle Chasse :

Formes anciennes attestées : Bois de Belle Chasse (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Belle Chasse, Belle-Chasse.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce bois porte le nom du ruisseau qui sépare les communes de Kergrist-Moelou et Trémargat. Pour le sens de Belle Chasse voir " Gwazh Belle Chasse ".

Koad Kergrist :

Formes anciennes attestées : Bois de Kergrist (1790), Bois de Ros an Nay (1815 Cadastre napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Bois Kergrist.

Autres informations sur le sens du toponyme : II ne s'agit pas d'un village ici mais d'une grande zone boisée (Koad) située au Nord-ouest du bourg de Kergrist.

Koad Moeloù :

Formes anciennes attestées : Forest de Moelou (1494), Coetmoelo (1669), Coetmoellou (1669, 1671, 1675, 1679, Cassini 1788) ), Coat-Mouellou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Coat Moëlou, Coat Moelou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le nom de ce village est formé de " Koad " (bois) et de " Moeloù ", nom sous lequel était connue la commune de Kergrist jusqu'au XVIle siècle. Ce nom pourrait être la forme plurielle d'un terme breton correspondant au gallois " Moel ", appellatif fréquent dans la toponymie galloise pour désigner des hauteurs arrondies mais souvent dénudées et qui décrit la topographie de la commune relativement vallonnée. Cependant, le fait que la commune de Kergrist était très boisée, toute la zone nord étant encore aujourd'hui désignée sous le vocable d'Argoad, ce nom doit plutôt désigner uin dénommé " Moel " (chauve). Le " -où " final est une forme affective.

Koad Penskol :

Autres informations sur le sens du toponyme : Le nom breton de ce bois nous a été fourni par une habitante de Kergrist.Moeloù. Il se situe près de Kerfrezour, entre ce village et celui de Naoudig. On y retrouve le terme " Penn " (tête, extrémité) et, peut être, le mot " skol " (école).

Koad Trenk :

Formes anciennes attestées : Coetrenc (1660, 1668, 1669, 1670, 1671), Coatrenec (1669), Coettrinc (1758), Coetreine (1760), Coatrinq (Cassini 1788), Lande Coetrinc (1789), Coatrenc, Coetrinc, Coëtrinc, Coatreinc, Coetrenk (1750-1760), Coatringue (1872).

Variantes orthographique recensées actuellement : Coat Trenk , Coatrinque, Koad Trenk.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Koad " signifie " bois " et " Trenk " "aigre". Les toponymes composés avec " trenk " sont souvent des noms de buvettes situées en dehors des bourgs.

Krec'hangel :

Formes anciennes attestées : Crechanguel (1670), Crechanguel (Cassini 1788), Crech an Guel (1594, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement. : Crec'h an Guel, Crech ar Guel.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons dans ce nom le terme " Krec'h " (côte, colline, hauteur). Le second élément " An Gel " semble noter un patronyme.

Krec'h Moeloù :

Formes anciennes attestées : Crechmoellou (1665,1669, 1670, 1675, 1680), Crech Moellou (1672, 1673), Crechmoelou (1786), Crech Mouellou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Crec'h Moëlou, Crec'h Moelou, Crech Moëlou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le nom " Moeloù ", qui figure dans plusieurs toponymes de Kergnist-Moeloù, suit " Krec'h " (côte, colline, hauteur). Pour le sens de " Moeloù " voir " Koad Moeloù ".

Krec'h Naon :

Formes anciennes attestées : Crechnaon (1668, 1669), Crech Naon (1672), Crechnaffre, Crech Nauffre (1675) ), Crech Naufin (1679), Crech Naon (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Crec'h Naon, Crech Naon.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Krec'h " (colline, côte, hauteur) précède " Naon " de sens obscur. Les formes de 1675 sont intéressantes mais ne nous éclairent guères.

Kroaz ar Gleier :

Formes anciennes attestées : Croas ar Gleier (1815 Cadastre Napoléonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom désigne un calvaire dont il est déjà fait mention sur le cadastre napoléonien. Il se situe près du bourg au centre de la patte d'oie qui mène d'un côté dans la direction de Glomel et de l'autre au village de " Penkêr ". Ce nom est composé de " Kroaz " (croix) et de " Kleier " ou " Ar Gleier " (les cloches). Littéralement " La Croix des Cloches ".

Kroaz ar Vadalen :

Formes anciennes attestées : La Madallaine (1675), Village de la Chapelle de la Magdelaine (1633), La Magdeleine, La Magdelaine (1750-1760), La Magdeleine chapele ainerie (Cassini 1788).

Variantes orthographiques recensées actuellement : La Croix Madeleine, Croix Madeleine.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kroaz " (croix) est suivi ici de " Ar Vadalen ", forme bretonne de " Madeleine ".

Kroashent Douin :

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme ne figure sur aucune carte. " Kroashent " (carrefour), qui peut se décomposer en " Kroaz " (croix) et " hent " (route) localise le premier carrefour après le Bourg de Kergrist sur la route de Rostrenen. Le second élément reste mystérieux, peut-être un patronyme.

Kroashent Robin :

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme ne figure sur aucune carte. " Kroashent " (carrefour) du nom de " Robin ". Ce croisement se situe sur la Départementale 87, juste après le bourg de Kergrist près de " Keravel ".

Lann ar Wrac'h :

Formes anciennes attestées : Lan an Groac'h (1815 Cadastre Napoleonien).

Autres informations sur le sens du toponyme : La cadastre napoléonien nous apprend que cette zone couverte de landes autrefois se situait près du bourg au Sud du Bois de Kergrist et de la route menant à Penkêr. Cette information a été confirmée par les habitants de Kergrist que nous avons rencontrés. Le toponyme est composé de " Lann " (lande) et Gwrac'h qui pourrait signifier soit " vieille femme, sorcière " ou " tas de pierres ".

Lann Ginioù :

Formes anciennes attestées : Lande Guillou (1660), Lan Guillou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Lann Guiniou, Languiniou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le premier élément " Lann " (Lande) est associé à " Kinioù " nom de famille. Sur l'ancien cadastre (époque napoléonienne) il désigne une vaste étendue de lande au Sud de la commune.

Lann Oje :

Formes anciennes attestées : Lan Oger (1921), Lan Ogé (1926).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Lanoge, Lann Oje, Lann Ogé, Lan Ogé.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le premier élément est " Lann " (Lande) et le second probablement un nom de personne.

Lann Vras :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Lann Vraz, Lan Vras, Lan Bras.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Lann " (Lande) est qualifié ici par la forme lénifiée de " Bras " (Grand).

Les Quatre Vents :

Formes anciennes attestées : Quatre Vents (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Les Quatres Vents, Quatre Vents.

Autres informations sur le sens du toponyme : Toponyme récent de création française que l'on rencontre fréquemment en Bretagne.

Lostiteo :

Formes anciennes attestées : Lostiteau (1666,1668, 1669, 1670, 1671, 1672, 1673, 1675,1677), Lostité (1748), Lostito (Cassini 1788), Lostitaux (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Lostité, Lostiteau.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme pourrait être composé de " Lez " (cour seigneuriale) et d'un nom de famille " Titeo " mais le sens reste très incertain.

Lustruien :

Formes anciennes attestées : Lustruguen (1669,1670, 1672, 1677,1680, 1752), Lustruyen, Lustrugen, Lustruyène (1750-1760), Lustruyen (Cassini 1788), Lustruyen (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Lustruyen.

Autres informations sur le sens du toponyme : La finale est " gwenn " (blanc, pur, brillant) comme le témoigne les formes anciennes attestées, mais le premier élément " Lustru- " reste inexpliqué.

Menez Du :

Formes anciennes attestées : Minez Du (1750-1760), Menez Du (1815 Cadastre Napoléonien), Menez Du (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Menez-Du, Menez Du, Menez-Du.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Menez " (mont, montagne) et de Du (noir).

Menez Talbot :

Formes anciennes attestées : Village du Mene (1669, 1670), Villaige du Menez (1671), Villaige du Mene (1672), Le Menez (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ar Menez, Menez la Salle, Le Minez, Minez-Tabot.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le lieu semble indique un " Menez " (mont, montagne) du nom de " Talbot ", ajout récent d'un patronyme bien connu.

Menez Vadel :

Formes anciennes attestées : Menez Vadel (Cadastre de 1968. Mentionné au cadastre de 1949 en tant que colline face à Menez Du).

Variantes orthographiques recensées actuellement. : Menez Vadel.

Autres informations sur le sens du toponyme : La présence d'un village sur ce " Menez " (mont) est récente. Le second terme " Vadel " doit faire référence à un nom de personne.

Milin ar C'hoad :

Formes anciennes attestées : Moulin du Boys (1670) ), Moullin du Bois (1677), Moulin du Bois (1783, 1789, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moulin du Bois.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Milin " (Moulin) et de " Koad " (Bois). Ce moulin se trouvait donc près d'un bois ou d'un village nommé " Ar C'hoad ".

Milin ar Sal :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Le Moulin.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Milin " indique ici le moulin dépendant du lieu noble " ar Sal " (cf. ce nom).

Milin ar Sivier :

Formes anciennes attestées : Moulin de la Civierre (1628), Moulin de La Sivière (1668, 1670), Moullin de la Siviere (1729, 1752), Moulin de la Sivière (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moulin de la Civiere.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le sens de ce toponyme reste obscur. Des formes plus anciennes permettraient d'appréhender plus facilement le sens du nom.

Milin Belle Chasse / Milin Gwernaloù :

Formes anciennes attestées : Moulin de Belechasse (1666), Moulin de Belle Chasse (1789, 1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moulin de Belle-Chasse.

Autres informations sur le sens du toponyme : Pour le sens de Belle Chasse voir Gwazh Belle Chasse ".

Milin Kervorvan :

Formes anciennes attestées : Moulin de Kermorvan (1668, 1670), Moullin de Kermorvan (1729), Moulin de Kermorvan (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moulin de Kermorvan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Milin " (moulin) précède le toponyme " Kervorvan " expliqué précédemment.

Milin Pontoù Mein :

Formes anciennes attestées : Moulin du Pontou Mein (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Milin Pontou Mein.

Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit là du " Milin " (moulin) de " Pontoù Mein " (cf. ce toponyme).

Mousterveur :

Formes anciennes attestées : Moustermeur (1613, 1665, 1668, 1669, 1670,1676), Moustoermeur, Moustoirmeur (1670), Moustremeur (1671, 1672,1675, 1789), Moustoermeur (1673), Mousterveur (1780), Moustermeur (Cassini 1788), Moustermeux , Moustermeur (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Moustermeur.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce " Mouster " (monastère) est qualifié de " Meur " (grand).

Park Kiminal :

Formes anciennes attestées : Parcquiminal (1750-1760), Parc Quiminal (1815 Cadastre Napoléonien), Parc QuiminaI (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Park Quiminal, Parc Quiminal, Parcquiminal.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Park " (Parc) précède " Kiminal " variante de " Siminal " (cheminée).

Parkoù Yeot :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Parkou Yot, Parcou Yeod.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme dénomme des " Parkoù ", pluriel de " park " (champ). " Geot " (herbe) est la forme non lénifiée de " Yeot ". Ce toponyme est de création moderne.

Pempoulrod :

Formes anciennes attestées : Pempoulrot (1654), Pempoulrouault (1659, 1666, 1668, 1669, 1670), Pempoulrouaut (1670), Pempoulraoult (1671, 1672), Pempoulrault (1672, 1673, 1675, 1676, 1679,1680), Pempoulrouzaul (1744), Penpoulrot (Cassini 1788), Pempoulrot (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pempoulrot, Pempoul Rot.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Pempoull " et de " Rod ". " Pempoull " peut encore se décomposer en " penn " (la tête, le bout, l'extrémité) et " poull " (étendue d'eau, mare). Le terme " Rod " est une forme altérée du nom de famille " Rouaod ", déjà attesté en vieux breton.

Pennanstêr :

Formes anciennes attestées : Penester (Cassini 1788), Penn ar Ster, Penanster (1815 Cadastre Napoléonien), Penn ar Ster (1986).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Penanster.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous pouvons décomposer ce toponyme en 3 éléments " Penn " (la tête, le bout, l'extrémité), " ar " (article breton) et " Stêr " (rivière).

Penn ar C'hoad :

Formes anciennes attestées : Penn an C'hoat (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Penn an Hoat.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici les éléments " Penn " (la tête, le bout, l'extrémité) et la forme lénifiée de " Koad " (bois, forêt).

Penn ar C'hoad Vihan :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Penn an Hoat Vihan, Pen Hoat Vian, Penhoat Vian.

Autres informations sur le sens du toponyme : Comme le toponyme précédent, avec " Bihan " (petit) qui permet de différencier ces 2 lieux.

Penn ar Groaz :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pen-an-Groaz, Pen ar Groas, Penn ar Kroaz.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Penn " (bout, extrémité) précède ici " ar Groaz " (la croix).

Penkêr :

Formes anciennes attestées : Penquer (1669, 1671, 1780), Penquer Philippe (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Penquer, Penker, Penquer Philippe, Penguer Philippe.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu est composé de " Penn" (bout, extrémité) et de " Kêr " (village, lieu habité). Ce type de toponyme désigne une petite ferme isolée non loin d'un village ou d'un bourg. L'ajout inutile d'une mention " Philippe " à l'écrit est relativement récent (début XIXe siècle) et n'est toujours pas rentré dans l'usage aujourd'hui.

Petit Paris :

Formes anciennes attestées : Petit Paris (1594, 1668, 1669, 1670, 1671, 1672, 1679), Petit Paris (Cassini 1788), Le Petit Paris (1780), Petit Paris (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Petit Paris.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce toponyme courant en Bretagne est moins clair qu'il n'y paraît. Il pourrait en fait recouvrir la forme évoluée de la forme latine " Paradisus ", correspondant au nom breton " Baradoz " bien attestée en toponymie et qui lui est empruntée. La forme bretonne du nom n'est plus connue aujourd'hui par les habitants de la commune

Pont ar Gov :

Formes anciennes attestées : Pont ar Goff (1949).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pont ar Goff.

Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit du " Pont " (pont) et de " ar Gov " (forgeron) qui peut être une personne exerçant ce métier ou simplement un nom de famille.

Pont Dore :

Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit là du pont passant au-dessus de la rivière nommée " An Dore " qui sépare Kergrist de Rostrenen. Le " t " final nous interroge. Il semble être une bretonnisation excessive du nom " Dore ". En effet en breton peu de mots bisyllabiques acceptent une voyelle finale.

Pontoù Mein :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pantomeigne.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Mein " (pierre) qualifie ici " Pontoù ", le pluriel de " Pont " (pont).

Poulligoù :

Formes anciennes attestées : Poulligot (1594), Poulligo (1669, 1670), Pouligo (1671), Pouligou (1675), Poulligou (1594, 1679).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pouligou.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Poull " (étendue d'eau) est ici sous sa forme diminutive (-ig) et plurielle (-où). Il désigne un endroit humide.

Poulloupri :

Formes anciennes attestées : Pouloupry (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Pouloupry.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici la forme plurielle de " Poull-Pri " (carrière d'argile).

Prad Yestin :

Formes anciennes attestées : Prat Gestin (1668, 1672, 1790) ), Pratjistin (1669), Pratiestin (1670), Pratjestin (1670), Pratgistin (1673), Prat Jestin (Cassini 1788), Prat Geslin (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Prat Geslin, Prat Gestin.

Autres informations sur le sens du toponyme : Il s'agit là du " Prad " (pré) de" Yestin ", forme authentique du nom " Jestin " nom de famille dont le " j " vient d'une graphie latine où j = y).

Prajoù Kaer :

Variantes orthographiques recensées actuellement : Les Praires.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu du sud de la commune ne figure pas sur les cartes de l'IGN. Les listes récentes de l'Insee le donnent sous sa forme française tandis que les listes les plus anciennes (1946) le mentionnent sous sa forme d'origine : " Prajoù Kaer" au sens de " Belles Prairies ".

Reskostioù :

Formes anciennes attestées : Recostiou (1666), Rescostiou (1615, 1633, 1668, 1673,1750-1760), Rescostio (1672), Kescostiou (Cassini 1788), Rescotiou (1789), Rescostiou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Rescostiou, Rescotiou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Nous retrouvons ici le terme " Rest " (demeure) + le nom de famille vieux breton " Kostiou " attesté vers 1085-1087 composé de " Kost-" (gardien) et de " -iou " (lié à, attaché à).

Sant Kaoudan :

Formes anciennes attestées : Sainct Coudan (1665, 1668, 1670, 1672, 1673, 1675), St Caudan (1671, 1672), St Coudanne, St Coudane (1675), St Coudan (1786, Cassini 1788, 1789, 1792), Saint Coudan (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : St-Coudan, Saint Coudan, St Coudan.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Kaoudan " est un nom de saint.

Sant Lubin :

Formes anciennes attestées : llismoellou (1669), IlIes Moellou (1670), lIIis Moellou (1670,1673), Iliz Moelou, Iliz Moëlou (1750-1760), Ilismoellou-Treve (Cassini 1788), lIIis Mouellou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : St-Lubin, Saint Lubin.

Autres informations sur le sens du toponyme : C'est dans ce village que se trouvait à l'origine l'église paroissiale d'ou son ancienne appellation d'" lliz Moeloù " (Église de Moeloù). Le nom actuel est celui de " Lubin ", saint patron de cette église.

Sant Wilherm :

Formes anciennes attestées : Saint Guillaume (1672, 1676, 1748), St Guillaume (Cassini 1788), Saint Guillaume (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : St-Guillaume , Saint Guillaume; St Guillaume.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Sant " (Saint) précède ici le nom " Gwilherm" (Guillaume).

Skuberioù :

Formes anciennes attestées : Squiberio (1594), Mettairie de Sciberiou (1660), Scuberiou (1670), Scuberiou, Scubriou (1750-1760), Scubriou (Cassini 1788), Scuberiou (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Scubériou, Scuberiou.

Autres informations sur le sens du toponyme : Les " Skiber " sont de grands domaines fondés par les Templiers où l'on retrouve souvent des châteaux, manoirs. La présence des templiers est avérée sur la commune par d'autres toponymes " Ar C'hroazti " par exemple.

Ti Gallig :

Formes anciennes attestées : Ty Gallic (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Ty Gallic.

Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu désigne vraisemblablement le " Ti " (maison sans les dépendances ou prés) d'un homme nommé " Gallig " qu'on retrouve dès le XIVéme siècle.

Toul ar Roc'h :

Formes anciennes attestées : Toul ar Roc'h (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Toull ar Roc'h, Toul ar Roc'h, Toul Roch.

Autres informations sur Ie sens du toponyme : Ce toponyme est composé de " Toul " (trou) et de" roc'h " (rocher).

Toull ar Soudarded :

Formes anciennes attestées : Toul ar Soudardet (1815 Cadastre Napoléonien).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Toull ar Soudard, Toul ar Soudarded, Toul ar Soudard.

Autres informations sur le sens du toponyme : Le toponyme est composé de " Toull " (trou) et de " Soudard " (soldats) sous sa forme plurielle.

Toullazen :

Formes anciennes attestées : Toullazen (1669, 1670), Toulazen (1670, 1672), Toulazen (1750-1760, 1787, 1789), Toulazen (Cassini 1788), Toulazenne (1872).

Variantes orthographiques recensées actuellement : Toulazen, Toullazen.

Autres informations sur le sens du toponyme : " Toull " (trou) est associé à " Azen " (âne).

 

Copyright © 2004 Nomdusite - Tous droits réservés - Design : www.kitgratos.tk